Fidel V. Ramos : Président et Général philippin

Fidel Valdez Ramos, né le 18 mars 1928, est connu sous le nom de FVR et Eddie, c’est un général philippin à la retraite et un homme politique qui fut élu en tant que 12ème président des Philippines, pour un mandant qui a commencé en 1992 et s’est terminé en 1998.

Sa carrière militaire

Il est le seul officier militaire de carrière à avoir atteint le grade de général cinq étoiles et qui est passé de sous-lieutenant à commandant en chef des forces armées. Au cours de ses six années au pouvoir, Ramos a été largement reconnu et admiré par beaucoup pour avoir revitalisé et renouvelé la confiance internationale dans l’économie philippine. À 92 ans, il est actuellement l’ancien président philippin le plus âgé.

Il a gravi les échelons de l’armée philippine au début de sa carrière et est devenu chef de la police philippine et vice-chef d’état-major des forces armées des Philippines pendant le mandat du président Ferdinand Marcos.

Au cours de la révolution EDSA de 1986, Ramos a été salué comme un héros par de nombreux Philippins pour avoir rompu avec l’administration du président Marcos  (dont il était Ministre de la Défense et cousin) et de prêter allégeance et loyauté au gouvernement nouvellement établi de la présidente Corazon Aquino.

Un général au cœur de la People Power

Le 22 février 1986, le ministre de la Défense, Juan Ponce Enrile, a protesté contre la fraude présumée commise par Marcos lors des élections anticipées de 1986, retirant son soutien et déclenchant la Révolution pacifique du pouvoir populaire (People Power). Le général Ramos a également fait défection et a suivi Enrile au Camp Crame, le duo s’est ensuite attaché à Corazón Aquino, la veuve du sénateur Aquino et principal rival électoral de Marcos.

Son exil

Le 25 février, la « Révolution EDSA » a atteint son apogée lorsque Marcos, avec sa famille et quelques partisans, a été poussé à fuir et à s’exiler à Hawaï avec l’aide du gouvernement des États-Unis, mettant ainsi fin à un règne de 20 ans, laissant Aquino devenir la première femme présidente du pays.

Sa carrière politique

Avant son élection à la présidence, Ramos a servi dans le cabinet du président Corazón Aquino, d’abord comme chef d’état-major des Forces armées des Philippines (AFP), puis comme secrétaire à la Défense nationale de 1986 à 1991. Il a participé à la la création des forces spéciales de l’armée philippine et de la force d’action spéciale de la police nationale philippine.

Elu en mai 1992, Les trois premières années de son mandat ont été caractérisées par un boom économique, un développement technologique, une stabilité politique et une réponse efficace aux besoins de base de la population.

Il a préconisé les plates-formes de parti comme cadre et programme de gouvernance. Il a été le premier démocrate-chrétien élu dans le pays, il fut d’ailleurs le fondateur du Lakas-CMD (Parti démocrate-chrétien-musulman). Il était l’un des dirigeants les plus influents et le porte-parole officieux de la démocratie libérale en Asie.

Son mandat

Son mandat a néanmoins été marqué par:

  • Une crise énergétique au cours de laquelle il a déréglementé et privatisé le secteur, dans le but de pallier aux nombreuses coupures dont souffrait le pays entier étant donné l’obsolescence des structures existantes. Ceci s’est traduit par une forte hausse du niveau des prix de l’électricité, toujours valable à l’heure actuelle.
  • Des réformes économiques pour favoriser les investissements étrangers et rester dans le club des bébés tigres d’Asie (succédant aux dragons)
  • Un programme « Philippines 2000 » en 5 points :
  1.      Paix et stabilité
  2.      Croissance économique et développement durable
  3.      Énergie et production d’électricité
  4.      Protection environnementale
  5.      Bureaucratie rationalisée
  • L’application de la peine de mort en 1996, alors qu’elle avait été abolie en 1987, faisant des Philippines le premier pays asiatique à l’abolir. Elle a finalement été de nouveau abolie en 2006.
  • La signature d’un accord de paix avec les rebelles séparatistes

Retraité, il est resté actif en politique, servant de conseiller à ses successeurs.